RAIC Journal: Indigenous Task Force helps shape federal housing initiative

When the federal government wanted help in designing its new Indigenous Homes Innovation Initiative, it turned to members of the RAIC Indigenous Task Force.

“This is a new way of doing business,” says task force chair Dr. Luugigyoo Patrick Stewart, MRAIC. “They’re reaching out. It’s exciting because we’ve never been invited before.”

In April 2019, the federal government announced that it was accepting submissions from Indigenous applicants for the $36-million Indigenous Homes Innovation Initiative. The initiative is seeking innovative ideas to improve housing in rural, urban, or remote Indigenous communities. It will fund the development of ideas and construction of the chosen projects.

Dave Pranteau Aboriginal Children’s Village (2013) in Vancouver is an example of innovative housing offering stability to youth in care.  The architect, Patrick Stewart, grew up in foster homes.
Photo by George Pierce

Several members of the task force served as technical advisors to the steering committee that oversaw the design of the initiative and will select projects to be developed. The steering committee is comprised of First Nations, Inuit, and Métis Nation housing experts.

The RAIC Indigenous Task Force launched in 2016 to promote Indigenous architecture in Canada and advocate alongside communities. Its 25 current members include architects, designers, academics, interns, and students.

“Honestly, $36-million is not a lot of money when it comes to the housing crisis in our Indigenous communities,” says task force member Rachelle Lemieux, MRAIC. “However, taking time to look at the larger issues is a big step for the government. We cannot continue to go on building cheap houses that do not last and that do not reflect any of the communities in which they are located.”

The Indigenous Homes Innovation Initiative is a partnership between Indigenous Services Canada, Infrastructure Canada, and the Privy Council Office’s Impact and Innovation Unit.

“Typically, in the past, a ministry like Indigenous Services Canada […] would have their in-house policy people in Ottawa dream up a program and roll it out,” says Stewart, a Vancouver architect and adjunct professor at the McEwen School of Architecture at Laurentian University in Sudbury, Ontario.

In contrast, he says, “‘Having this initiative be an open call for ideas has so much promise.”

In October 2018, Lemieux, MRAIC, and task force member Ryan Gorrie, MRAIC, both Winnipeg architects, met with Indigenous Services Canada staff to share values they hoped would be considered.

Indigenous Task Force member Rachelle Lemieux, MRAIC. “People are sick, mentally and physically, because they are living in sick homes. This needs to be addressed and changed! “

Lemieux and Gorrie favoured projects that were community-led, sustainable, culturally appropriate, and built with local materials and labour. They wanted all communities that applied to receive equal consideration, not just those with money. They highlighted the critical role that Indigenous architects, engineers, and designers can play in the process.

“We expressed apprehension about cookie-cutter ideas over vetting designs and concepts through a community,” says Lemieux, who also provided a list of contacts valuable to the discussion. “I tried to ensure I gave a voice to the communities, and that the government and steering committee understood the urgency of the issue,” she says.

Task force members met with the steering committee last January in Ottawa, and February in Winnipeg.

David Fortin, MRAIC, of the task force, said that their participation shifted the direction of the initiative, which began as a competition-based proposal call awarding $30 million for 15 buildable projects. It now includes a $6-million fund called an Accelerator to refine proposals that are not fully developed, and secure partners or services that are needed to succeed. The mentoring and technical guidance stage will be followed by $30 million for the construction of 15 to 24 of the projects.

“What I found interesting was the transformation of how the project was first announced to where it is now,” says Fortin, director of the McEwen School of Architecture.

“I sensed a definitive attempt to listen to our recommendations,” says Fortin. “Changing the attitude of the initiative—from a competition-based prize to a seed fund to develop appropriate systems that might address problems more successfully—has made the project much better.”

Indigenous Task Force member David Fortin, MRAIC.

Todd Keesey, Manager of Innovation and Infrastructure in the Community Infrastructure Branch of Indigenous Services Canada, agrees that the task force’s recommendation to devote funds to the pre-development of ideas had an impact. Other examples of their input included a recommendation to publish criteria for the assessment of ideas.

“The task force members combined technical knowledge and the experience of working day-to-day in communities to give guidance to the steering committee,” says Keesey.

“As architects, they were able to provide recommendations on the timing, complexity, and resources needed to develop projects. And as Indigenous people, they shared their views on what does or does not constitute Indigenous philosophy,” he says.

“They presented on how housing is part of a broader community system, and innovation should reflect the interconnectedness of housing within the community,” he says. “They spoke about the importance of engaging a community in the design and construction of a home so that they see themselves reflected in it.”

Others at the meetings included government employees, elders, scholars, and representatives of both philanthropic and advocacy groups. “We were the only architects in the room,” says Stewart.

Indigenous Task Force chair Dr. Luugigyoo Patrick Stewart, MRAIC.

Adds Keesey: “We hope to continue working with the task force to have their technical advice on proposals we receive and to mentor individual participants that we screen into the Accelerator.”

The Initiative invited submissions by Indigenous applicants for projects serving rural, urban or remote First Nation, Inuit, or Métis Nation communities, by August 1, 2019.

It supports innovative housing ideas that fall under six focus areas:

• Traditional First Nations, Inuit or Métis Nation building styles and techniques;

• Using the home for empowerment, capacity building, and support for local businesses;

• Support for vulnerable populations;

• Culturally-inspired urban spaces;

• Safety, security, and accessibility;

• Energy independence and efficiency.

“By putting better outcomes for Indigenous Canadians at the beginning of the conversation—focusing not just on housing itself, but education and skills development, employment and health outcomes—we are supporting Indigenous communities in developing holistic solutions that meet their needs and priorities,” says Julie Greene, of the Impact and Innovation Unit of the Privy Council Office.

Julie Greene, Lead, Partnerships, Impact and Innovation Unit, Privy Council Office, Government of Canada.

“There are still constraints and limits, but if we can get money into a community to build something that will help them, I’m all for it,” says Stewart.

“First Nations are now having a say in the definition of a program which we never had before,” he says. “We are having input into policy and program direction, and that’s a good thing. We are advocating for real change at the community level. That is what we see our job to be. It will be the communities themselves that will be the beneficiaries”.


Lorsque le gouvernement fédéral a voulu de l’aide pour concevoir sa nouvelle Initiative d’innovation pour la construction de logements dans les communautés autochtones, il s’est tourné vers les membres du Groupe de travail autochtone de l’IRAC.

« C’est une nouvelle façon de faire les choses », souligne le président de ce groupe de travail, Luugigyoo Patrick Stewart, Ph. D., MRAIC. « Le gouvernement s’efforce d’établir le dialogue. C’est intéressant, parce que n’avions jamais reçu une telle invitation auparavant. »

En avril 2019, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il acceptait les candidatures de demandeurs autochtones pour l’Initiative d’innovation pour la construction de logements dans les communautés autochtones dotée d’un budget de 36 millions $. L’initiative sollicite des idées novatrices pour améliorer le logement dans les communautés autochtones
en régions rurales, urbaines ou éloignées. Elle financera le développement des idées et la construction des projets sélectionnés.

Plusieurs membres du groupe de travail ont agi comme conseillers techniques auprès du comité d’orientation qui a supervisé la conception de l’initiative et qui sélectionnera les projets à réaliser. Ce comité d’orientation est formé d’experts en logement des Premières Nations, des Inuits et de la Nation métisse.

Le Groupe de travail autochtone de l’IRAC a été créé en 2016 pour promouvoir l’architecture autochtone au Canada et plai-der aux côtés des communautés. Il compte actuellement 25 membres qui sont des architectes, des designers, des universitaires, des stagiaires et des étudiants.

« Honnêtement, 36 millions $, ce n’est pas beaucoup d’argent lorsqu’il est question de lutter contre la crise du logement dans nos communautés autochtones », souligne pour sa part Rachelle Lemieux, MRAIC, membre du groupe de travail. « Toutefois, c’est un grand pas pour le gouvernement qui prend ainsi le temps de se pencher sur des questions de plus vaste portée. Nous ne pouvons pas continuer à construire des maisons de piètre qualité qui ne durent pas et qui ne reflètent aucune des communautés dans lesquelles elles sont situées. »

L’Initiative d’innovation pour la construction de logements dans les communautés autochtones est un partenariat entre Services aux Autochtones du Canada [SAC], Infrastructure Canada et l’Unité de l’impact et de l’innovation du Bureau du Conseil privé.

« Par le passé, des ministères comme SAC […] comptaient parmi leur personnel des responsables de politiques chargés de concevoir des programmes et de les mettre en œuvre », rappelle Stewart, un architecte de Vancouver (C.-B.) et professeur adjoint à l’École d’architecture McEwan de l’Université Laurentienne, à Sudbury (Ont.).

« Ils présentaient alors les directives et les modalités des programmes, et les communautés et organisations autochtones pouvaient présenter une demande », explique-t-il. « Il n’y avait pas vraiment de consultation. C’est pourquoi cette initiative qui lance un appel d’idées est si prometteuse. »

En octobre 2018, Rachelle Lemieux, MRAIC, et Ryan Gorrie, MRAIC, un autre membre du groupe de travail, tous deux architectes à Winnipeg, ont rencontré des fonctionnaires de Services aux Autochtones Canada pour faire part des valeurs qu’ils souhaitaient être prises en compte.

Ils préconisaient des projets menés par la communauté, durables, culturellement appropriés et construits avec des matériaux et de la main-d’œuvre de la région. Ils souhaitaient aussi que toutes les communautés qui présentent une demande soient considérées sur un même pied d’égalité, sans privilégier celles qui ont de l’argent. Ils ont souligné le rôle essentiel que les architectes, ingénieurs et designers autochtones peuvent jouer dans le processus.

« Nous avons exprimé nos craintes par rapport aux idées préconçues sur l’approbation des designs et des concepts par l’entremise d’une communauté », souligne Lemieux, qui a aussi fourni une liste de personnes-ressour-ces pouvant être utiles à la discussion.

« J’ai voulu m’assurer que les communautés aient leur mot à dire et que le gouvernement et le comité d’orientation comprennent l’urgence de la question », ajoute-t-elle.

Les membres du groupe de travail ont rencontré le comité d’orientation en janvier dernier à Ottawa, et en février à Winnipeg.

Selon David Fortin, MRAIC, l’un de ces membres, leur participation a modifié l’orientation de l’initiative. À l’origine, il était question d’un appel de propositions sous forme de concours visant à attribuer 30 millions $ pour 15 projets réalisables. L’initiative comprend maintenant un fonds de 6 millions $ appelé Accélérateur servant à peaufiner les idées qui ne sont pas entièrement développées, et à trouver les partenaires et le soutien nécessaires à la réussite des projets. La phase du mentorat et du soutien technique sera suivie de l’injection de 30 millions $ pour la construction de 15 à 24 projets.

« C’est très intéressant de voir comment le projet tel que conçu initialement s’est transformé pour devenir ce qu’il est maintenant », dit Fortin, le directeur de l’école d’architecture McEwen de l’Université Laurentienne.

« J’ai senti une réelle volonté de tenir compte de nos recommandations », ajoute-t-il. « En changeant l’orientation de l’initiative qui est passée d’un prix fondé sur un concours à un fonds de démarrage qui favorise le développement des systèmes appropriés pour mieux résoudre les problèmes, on a beaucoup amélioré le programme. »

Todd Keesey, gestionnaire à la division de l’innovation et de l’infrastructure dans l’infrastructure communautaire de Services aux Autochtones Canada, convient que la recommandation du groupe de travail d’allouer des fonds au peaufinage des idées a contribué à la portion Accélérateur de l’initiative. Sa recommandation de publier les critères d’évaluation des idées est un autre exemple de sa contribution.

« Les membres du groupe de travail avaient le savoir technique et l’expérience du travail au quotidien dans les communautés pour guider le comité d’orientation », souligne Keesey.

« En tant qu’architectes, ils ont pu formuler des recommandations sur le calendrier, la complexité et les ressources nécessaires au développement des projets et en tant qu’Autochtones, ils ont partagé leurs points de vue sur ce qui est et ce qui n’est pas de la philosophie autochtone. »

« Le groupe de travail a fait valoir que le logement fait partie d’un système communautaire élargi et que l’innovation devait refléter l’interdépendance du logement au sein de la communauté. Il a parlé de l’importance d’engager les membres de la communauté dans la conception et la construction d’une maison pour qu’ils y trouvent leur reflet. Nous espérons continuer de travailler avec les membres de ce groupe de travail pour avoir leur avis technique sur les propositions que nous rece-vrons et pour agir comme mentors auprès des participants individuels choisis pour la phase de l’Accélérateur », conclut-il.  

Les autres participants à ces rencontres étaient des fonctionnaires, des aînés, des chercheurs et des représentants de groupes philanthropiques et de groupes de défense des intérêts. « Nous étions les seuls architectes dans la pièce », dit Stewart. 

L’initiative reçoit des demandes autochtones pour des projets liés au logement dans les régions rurales, urbaines ou éloignées des communautés des Premières Nations, des Inuits ou de la Nation métisse jusqu’au 1er août.

L’initiative appuie des idées de logement novatrices qui relèvent de l’un des six domaines d’intérêt suivants :

• styles et techniques de construction traditionnels des Premières Nations, des Inuits ou de
la Nation métisse;

• utilisation de la résidence pour l’autonomisation, le renforcement des capacités et le soutien aux entreprises locales;

• soutien aux populations vulnérables;

• création d’espaces urbains culturellement inspirés;

• sûreté, sécurité et accessibilité;

• efficacité et indépendance énergétiques.

« En affirmant dès le début la volonté d’offrir de meilleurs résultats aux Canadiens autochtones – en mettant l’accent non seulement sur le logement en tant que tel, mais sur l’éducation et le développement des compétences, l’emploi et les résultats en santé – nous appuyons les communautés autochtones dans l’élaboration de solutions holistiques qui répondent à leurs besoins et priorités », dit Julie Greene, de l’Unité de l’impact et de l’innovation du Bureau du Conseil privé.

« Il y a encore des contraintes et des limites, mais si nous pouvons obtenir de l’argent dans une communauté pour bâtir quelque chose qui l’aidera, je suis tout à fait d’accord », dit Stewart.

« Les Premières Nations ont maintenant leur mot à dire dans la définition d’un programme, et c’est une première », ajoute-t-il. « Nous contribuons à l’orientation de la politique et du programme et c’est une bonne chose. Nous plai-dons en faveur d’un réel changement à l’échelle de la communauté. C’est ainsi que nous envisageons notre travail. Ce sont les communautés elles-mêmes qui en seront les bénéficiaires. »

X