Canadian Architect

Feature

RAIC Journal: Emerging Architectural Practice Award

La SHED Architecture

May 31, 2016
by RAIC

House at 18 de Gaspé. Photo: Maxime Brouillet. | Résidence au 18 rue de Gaspé. Photo: Maxime Brouillet.

De Gaspé House. Photo: Maxime Brouillet. | Maison de Gaspé. Photo: Maxime Brouillet.

La SHED Architecture, a nine-person office, was founded in 2011 by Renée Mailhot, MIRAC, Sébastien Parent and Yannick Laurin. The trio graduated in 2008 from the University of Montreal, where they met. Their work includes free-standing houses and additions in tight urban contexts as well as small commercial projects and vacation properties.

Driven by a love for their city and enthusiasm for the intimate relationship between individuals and architecture in their day-to-day lives, the founders have focused on smaller-scale residential design—a niche that has been underserved by architectural firms. The firm’s name alludes to its work, which expresses the eclecticism of Montreal’s alleyways and the old structures typically found behind the city’s homes. They are inspired by the informal qualities of the city’s residential lanes.

As recent graduates without clients, Renée, Sébastien and Yannick bought a duplex on De Bullion Street and converted it into a single-family dwelling. It became a laboratory where they could test and apply what they had learned. With the visibility generated by this project, they slowly built a portfolio.

L’ Aire Visuelle showroom. Photo: Maxime Brouillet. | Salle d’expo-
sition de l’Aire Visuelle. Photo: Maxime Brouillet.

L’ Aire Visuelle showroom. Photo: Maxime Brouillet. | Salle d’expo-
sition de l’Aire Visuelle. Photo: Maxime Brouillet.

During the first three years after graduation, they interned in larger firms, spending evenings and weekends on la SHED projects. They worked together part-time in the Plateau Mont-Royal triplex where they all lived, passing files and computers from one floor to the next. When they had licenced, the three left their day jobs to devote themselves full-time to la SHED.

The firm now makes its home in a storefront location on the main floor of a building built in 1890. La SHED continues the vernacular tradition of the area while reflecting the firm’s resolutely contemporary aesthetic. Team members sit and work around a large table.

Addition at 49 Durocher. Photo: Maxime Brouillet. | Ajout au 49 rue Durocher. Photo: Maxime Brouillet.

Durocher House. Photo: Maxime Brouillet. | Maison Durocher. Photo: Maxime Brouillet.

They seek to convey a view of architecture where choosing to use an architect does not depend on budget but rather on the desired outcome, and designing a personalized living space is not a luxury but an accessible service.

La SHED Architecture, un bureau de neuf personnes, a été créée en 2011 par Renée Mailhot, MIRAC, Sébastien Parent et Yannick Laurin. Ces trois architectes se sont rencontrés à l’Université de Montréal où ils ont obtenu leur diplôme en 2008.
La firme réalise principalement des projets résidentiels de plus petite échelle; des projets de réaménagement d’espaces
exigus en contextes urbains; des petits bâtiments commerciaux; et des résidences secondaires.

Amoureux de leur ville et passionnés de la relation intime, émotive et fonctionnelle qu’entretient l’individu à l’architecture dans la vie de tous les jours, les fondateurs ont dès le départ porté leur intérêt sur l’architecture résidentielle de plus petite échelle—un créneau généralement délaissé par les cabinets d’architectes.

Renovation 
at 63 Demers. Photo: Maxime Brouillet. | Rénovation du 63 rue Demers. Photo: Maxime Brouillet.

Demers House. Photo: Maxime Brouillet. | Maison Demers. Photo: Maxime Brouillet.

Le nom de la firme est une allusion à ses interventions qui expriment l’éclectisme des ruelles où l’on trouve les anciens hangars caractéristiques de l’arrière des maisons montréalaises. Ce nom prend essence des anciennes « sheds ».

Tout juste diplômés et sans clients, Renée, Sébastien et Yannick ont acheté un duplex sur la rue de Bullion dans l’objectif de le transformer complètement pour en faire une maison unifamiliale. Ce lieu est devenu un laboratoire permettant de tester et de mettre en pratique leurs connaissances. La visibilité apportée par ce projet leur a permis de tranquillement construire un portfolio.

Pendant les trois années qui ont suivi la fin de leurs études, les fondateurs ont effectué leurs stages dans de grands bureaux tout en travaillant aux projets de la SHED les soirs et les week-ends. Ils travaillaient ensemble dans un triplex du Plateau Mont-Royal où ils habitaient tous, trimbalant leurs dossiers et leurs ordinateurs d’un étage à l’autre.

La SHED office. Photo: Maxime Brouillet. | Bureaux de 
la SHED. Photo: Maxime Brouillet.

La SHED office. Photo: Maxime Brouillet. | Bureaux de 
la SHED. Photo: Maxime Brouillet.

Dès l’obtention de leur permis d’exercice, les nouveaux architectes avaient déjà con-clu un nombre suffisant de contrats pour voler de leurs propres ailes. Ils ont donc quitté leurs emplois afin de se consacrer à temps plein à la SHED.

La firme a choisi de s’installer au rez-de-chaussée d’un commerce ayant pignon sur rue datant de 1890. La SHED perpétue la tradition vernaculaire du lieu tout en adoptant une facture résolument contemporaine à l’image de la firme. Au centre de l’espace, tous les membres de l’équipe prennent place autour d’une seule grande table.

L’équipe cherche à établir une nouvelle relation à l’architecture, une relation dans laquelle la décision de faire appel à un architecte ne doit pas être prise en fonction du budget, mais plutôt en fonction du résultat espéré. Une relation où concevoir un lieu de vie à son image ne relève pas du luxe, car il s’agit d’un service accessible.



Print this page

Related Posts







Have your say:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*