Canadian Architect

Feature

RAIC Journal at the Modernist Vanguard

November 14, 2016
by RAIC

Canada maps the unfolding of architectural modernity across the country. | Canada montre la progression de l’architecture moderne à travers le pays.

Canada maps the unfolding of architectural modernity across the country. | Canada montre la progression de l’architecture moderne à travers le pays.

In their newly published book, Canada: Modern Architectures in History, Michelangelo Sabatino and Rhodri Windsor Liscombe examine the place of Canadian design practice and thinking in the North American and international narratives of modernism. The following excerpt from Chapter 2 describes the role played by the RAIC Journal in disseminating new ideas.
Chapter 2

The inaugural issue of The Journal, published by the Royal Architectural Institute of Canada (RAIC), appeared in spring, 1924. Editor Isadore Markus defined traditional objectives—“To stress both to the architect and the public that architecture is an art and as such not to be overshadowed by the scientific and business activities that must accompany its practice”—although focused on promoting “Canadian work of national importance.”

The Journal became a platform for discourse about architecture’s response to contemporary conditions—especially from November 1927, when Toronto architect Martin Baldwin favourably reviewed the English translation of Le Corbusier’s Vers une architecture. “The effect of the book”’ Baldwin declared, “is the same as that of a walk across hilly country on a windy day.”

A British-born architect, Markus made a valuable contribution to progressive professional discourse and practice in Canada that has been overlooked. In the March 1928 issue of The Journal, he quoted Ralph Adams Cram’s praise for American skyscraper architecture. In December 1930, he included the précis of a lecture Erich Mendelsohn had given at the Architectural Association School in London on the “Modern Movement.”

This image of the Canada Packers plant in Edmonton (1936), designed by Eric Arthur, was published in the August 1937 issue of the RAIC Journal. | Cette illustration de l’usine Canada Packers à Edmonton (1936), dessinée par Eric Arthur, a été publiée dans le numéro d’août 1937 du Journal de l’IRAC.

This image of the Canada Packers plant in Edmonton (1936), designed by Eric Arthur, was published in the August 1937 issue of the RAIC Journal. | Cette illustration de l’usine Canada Packers à Edmonton (1936), dessinée par Eric Arthur, a été publiée dans le numéro d’août 1937 du Journal de l’IRAC.

In May 1931, came a longer piece by Jacques Carlu based on a lecture at the Art Gallery of Ontario in tandem with an exhibition he curated. In “Tradition and Modernism,” Carlu welcomed the opportunity afforded by: “A new age of steel and machines; culturally and socially the world is in a state of transition—a period of great architectural expression is open to us, a period of analysis and experimentation.” He wrote: “The architecture of tomorrow, clinging closely to essential truth, shall be sound, sober, clean, logical, forcible and unadorned as divinities; built for a certain purpose with the maximum of efficiency and minimum of effort and cost and shall be definitely freed from the oppression of costly styles.”

The article “How to Appreciate Architecture,” which Markus commissioned from Toronto architect Eric Arthur for the February 1936 issue of The Journal, provides a vantage point to view Canadian imbibing of modernism’s medicine. Arthur encouraged architects to embrace the “machine age” in their design, recognizing that “modern materials and construction have an intrinsic beauty” needing “no embellishment.” The new architecture, he wrote, was equivalent to the New Deal, which could expunge the Depression “of taste” that had shackled architects to “archaeological research” and “imitation.”

The July 1937 issue of the RAIC Journal featured a modernist cover by the English designer Eric Gill, depicting an outline of an Ionic column and simple typography. | La page couverture du numéro de juillet 1937 du Journal de l’IRAC était de style moderne, conçue par le designer anglais Eric Gill, avec le simple dessin en profil d’une colonne ionique et une typographie simple.

The July 1937 issue of the RAIC Journal featured a modernist cover by the English designer Eric Gill, depicting an outline of an Ionic column and simple typography. | La page couverture du numéro de juillet 1937 du Journal de l’IRAC était de style moderne, conçue par le designer anglais Eric Gill, avec le simple dessin en profil d’une colonne ionique et une typographie simple.

Arthur became editor of The Journal in July 1937. He mounted a polemical campaign ahead even of his teaching and practice. He reprinted articles by leading modernists from the international as well as national scene. Most notable were William Lescaze’s January 1938 “A New Architecture for a Changed World”; Richard Neutra’s July 1938 “Time and the Individual in Architecture”; and Le Corbusier’s February 1943 “If I had to teach you architecture.”

Arthur selected well and opened Canada to the world of emergent modernism at a time when travel (and direct observation of new buildings) for most architects was still out of reach. He commissioned articles from Toronto architect John Lyle and planner Humphrey Carver, a British immigrant, on the major international expositions. He also reprinted Lewis Mumford’s appraisal of the 1939 New York World’s Fair.

Between 1937 and 1939, Arthur reproduced fine illustrations of widely located modernist architecture: Neutra’s contemporary architecture for dwelling and learning; R.A.H. Livett’s Quarry Hill Flats, in Leeds, UK (1938); the Tecton Group’s Penguin Pool at the London Zoo; Sven Markelius’s Stockholm Building Trades Club; Serge Chermayeff’s house Bentley Wood at Halland, in Sussex, UK; and Oscar Niemeyer, Lucio Costa and Le Corbusier’s Ministry of Education in Rio de Janeiro (1939-43).

Michelangelo Sabatino, Ph.D., is professor and director of the doctoral program at the Illinois Institute of Technology in Chicago. Forthcoming publications include Arthur C. Erickson: Architecture into Landscape (2017).

Rhodri Windsor Liscombe, Ph.D., is professor emeritus in the Department of Art History, Visual Art & Theory at the University of British Columbia. His most recent book is Architecture and the Canadian Fabric (2011).

Canada: Modern Architectures in History is available at bookstores and online for $45.

Detail of Hoop Dance at Mohawk College. | Détail du pavillon Hoop Dance au Collège Mohawk. Photo by Tom Arban

Detail of Hoop Dance at Mohawk College. | Détail du pavillon Hoop Dance au Collège Mohawk. Photo by Tom Arban


Dans leur ouvrage récemment paru, Canada: Modern Architectures in History, Michelangelo Sabatino et Rhodri Windsor Liscombe examinent la place de l’architecture et de la réflexion architecturale du Canada dans l’histoire internationale et nord-américaine du modernisme. Le texte qui suit est une traduction libre d’un extrait du chapitre 2 dans lequel les auteurs décrivent le rôle joué par le The Journal de l’IRAC dans la diffusion des nouvelles idées.
Chapitre 2

Le premier numéro du The Journal, publié par l’Institut royal d’architecture du Cana-da (IRAC), est paru au printemps 1924. L’éditeur, Isadore Markus, définissait ainsi les objectifs traditionnels de la publication: «Souligner aux architectes et au public que l’architecture est un art et qu’à ce titre, elle ne doit pas être éclipsée par les activités scientifiques et commerciales nécessaires à son exercice», tout en insistant sur la promotion des «œuvres canadiennes d’importance nationale».

The Journal est devenu une plateforme de discussion sur l’intervention architecturale en contexte contemporain—surtout à compter de novembre 1927, après la publication d’une critique favorable de l’architecte torontois Martin Baldwin sur la traduction de Vers une architecture de Le Corbusier. «Ce livre a le même effet qu’une marche en montagne par une journée venteuse», a-t-il déclaré.

On a oublié la contribution de Markus, un architecte né en Grande-Bretagne, à la théorie et à la pratique progressives de la profession. Dans le numéro de 1928 du The Journal, il rappelait à quel point Ralph Adams Cram était fier de l’architecture des gratte-ciel américains. En décembre 1930, il publiait le résumé d’un exposé livré par Erich Mendelsohn à l’Architectural Association School de Londres sur le «mouvement moderne».

En mai 1931, The Journal a publié un plus long article de Jacques Carlu, sur une conférence présentée au Musée des beaux-arts de l’Ontario en parallèle avec une exposition dont il était le commissaire. Dans «Tradition and Modernism», Carlu saluait l’occasion offerte par: «Un nouvel âge de l’acier et des machines; sur les plans culturel et social, le monde est en état de transition—une période de grande expression architecturale s’ouvre à nous, une période d’analyse et d’expérimentation.» Il écrivait aussi: «L’architecture de demain, étroitement liée à la vérité essentielle, doit être solide, sobre, propre, logique, vigoureuse et sans artifices, selon la tradition; bâtie dans un but particulier avec un maximum d’efficacité et un minimum d’efforts et de coûts; elle doit être absolument libérée de l’oppression des styles coûteux.»

L’article «How to Appreciate Architecture» de l’architecte torontois Eric Arthur que Markus a accepté de publier dans le numéro de février 1937 du The Journal offre un point de vue particulier sur l’accueil réservé par le Canada à la médecine du modernisme. Arthur encourage les architectes à intégrer «l’âge de la machine» à leur design, reconnaissant que «les matériaux et la construction modernes ont une beauté intrinsèque» et qu’il n’y a «nul besoin d’embellir». Il établit un parallèle entre la nouvelle architecture et la Nouvelle Donne en disant qu’elle peut mettre fin à la Dépression «du goût» qui a menotté les architectes et les a limités à la «recherche archéologique» et à «l’imitation».

Arthur est devenu le rédacteur en chef du The Journal en juillet 1937. Il a monté une campagne polémique à laquelle il a con-sacré plus d’énergie qu’à son rôle d’enseignant et de praticien. Il a republié des articles rédigés par les principaux modernistes de la scène mondiale et de la scène nationale, dont les plus importants sont «A New Architecture for a Changed World», de William Lescaze, publié en janvier 1938; «Time and the Individual in Architecture», de Richard Neutra, en juil-let 1938; et «If I had to teach you architecture», de Le Corbusier, en février 1943.

Arthur savait choisir ses articles et il a ouvert le Canada au monde du modernisme émergent à une époque où les voyages (et l’observation en direct des nouveaux bâtiments) étaient hors de portée pour la plupart des architectes. Il a commandé des articles à l’architecte John Lyle, de Toronto, et à Humphrey Carver, un urbaniste d’origine britannique, sur les principales expositions internationales. Il a également republié l’article de Lewis Mumford sur l’Exposition universelle de New York de 1939.

Entre 1937 et 1939, Arthur a reproduit de magnifiques illustrations de l’architecture moderniste de différents endroits dans le monde : des maisons et des établissements d’enseignement contemporains de Neutra; les Quarry Hill Flats de R.A.H. Livett, construits à Leeds, au Royaume-Uni (1938); le bassin des manchots du Groupe Tecton, au zoo de Londres; le club des métiers du bâtiment de Stockholm, de Sven Markelius; la maison Bentley Wood de Serge Chermayeff, à Halland, dans le Sussex, au Royaume-Uni; et le siège du ministère de l’Éducation, à Rio de Janeiro, des architectes Oscar Niemeyer, Lucio Costa et Le Corbusier (1939-43).

Michelangelo Sabatino, Ph. D., est professeur et directeur du programme doctoral à l’Illinois Institute of Technology de Chicago. Il publiera sous peu Arthur C. Erickson: Architecture into Landscape(2017).

Rhodri Windsor Liscombe, Ph. D., est un professeur émérite du département d’histoire de l’art, d’art visuel et de théorie de l’Université de la Colombie-Britannique. Son plus récent ouvrage s’intitule Architecture and the Canadian Fabric (2011).

Canada: Modern Architectures in History est disponible en librairie et en ligne au prix de 45$



Print this page

Related Posts







Have your say:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*