2020 RAIC Gold Medal: Blanche Lemco van Ginkel

Architect and planner Blanche Lemco van Ginkel is the winner of the RAIC’s 2020 Gold Medal, the institute’s highest honour.
L’architecte et urbaniste Blanche Lemco van Ginkel est lauréate de la Médaille d’or de l’IRAC en 2020. Il s’agit de la plus haute distinction de l’Institut.

TEXT Tanner Morton
PHOTOS Blanche Lemco van Ginkel fonds and van Ginkel Associates fonds, CCA, Montreal (unless otherwise noted)

The RAIC Gold Medal is the highest distinction the Institute can bestow. It recognizes the significant and lasting contributions of an individual to Canadian architecture. In 2020, the honour is awarded to architect Blanche Lemco van Ginkel, FRAIC, a champion of modernism and urban design in Canada. Lemco van Ginkel is also a pioneer for women in architectural and educational institutions in Canada. Through ambitious work such as the preliminary design for Expo 67, the socially minded preservation of Old Montreal, and her foundational research on women architects, her career has left a profound impact on Canada as we know it today.

Blanche Lemco was born in 1923 in London, England. As a teenager, she moved with her family to Montreal. She was one of the first women to enroll in McGill University’s school of architecture, entering on scholarship, and received a professional Bachelor of Architecture in 1945. Upon graduation, she was awarded the Lieutenant-Governor’s Medal in recognition for attaining the highest academic standing among her cohort. Lemco started her professional career in municipal planning offices in Windsor, Quebec, and Regina, Saskatchewan before moving back to Europe. While overseas, Blanche worked for William Crabtree in London, UK and for Le Corbusier in Paris, France. Her work in Le Corbusier’s atelier included the design for the rooftop terrace of the Unité d’Habitation in Marseilles, France. Its iconic features include sculpted concrete ventilator stacks, a nursery, children’s play area, and running track.

Lemco, centre, with Le Corbusier, right, at the Unité d’habitation in Marseilles, France.
Blanche Lemco, au centre, avec Le Corbusier, à droite, à l’Unité d’habitation de Marseille, en France.

“I was lucky to have had a job with Le Corbusier’s studio, where I certainly learned a lot,” said Lemco van Ginkel about her time in Paris, in a recent interview. “It was great working for him, and I was surprised that I was never told what to do.”

“It felt like being a student again. He would set a challenge and if I came up with an idea he liked, he would ask me to develop it, and if he didn’t like it, he would throw it out! It was extraordinary how much freedom we had,” she said.

The Unité’s iconic roofscape was designed by Lemco to include sculpted vents, a daycare, and a running track.
Le toit emblématique de l’Unité a été conçu par Blanche Lemco et comporte des cheminées de ventilation sculptées, une garderie et une piste de course.

Returning from Europe, Lemco attended Harvard University and was awarded Graduate Fellowships in 1948 and 1949, receiving her Master of City Planning degree in 1950.

“I feel lucky to have been a student at Harvard at such an important time, studying under Walter Gropius and Josep Lluís Sert,” said Lemco van Ginkel. “They were excellent teachers who were so important to architecture and planning.”

Following graduation, Lemco moved to Philadelphia in 1951—though she maintained her connection to Canada and registered as an architect in Quebec the following year. G. Holmes Perkins, in his first year as Dean at the University of Pennsylvania in 1951, invited Lemco to lead the third-year studio course under a newly redesigned curriculum. She taught in this role until 1957, while also teaching a separate design course for graduate city planning students. In 1958, she taught at Harvard’s Graduate School of Design, in a collaborative studio of architects and city planners with Dean Josep Lluís Sert.

While in Philadelphia, Lemco worked with colleagues Siasia Nowicki and Robert Geddes to initiate the Philadelphia CIAM Group for Architectural Investigation (GAI). As the group’s representative, she attended CIAM 9 Aix-en-Provence in 1953 and CIAM 10 Dubrovnik in 1956. At CIAM 9, she met her future partner Harmen Peter Daniel (Sandy) van Ginkel. They married in 1956 and established their Montreal-based practice, van Ginkel Associates, the following year.

While teaching in Philadelphia, Lemco founded a local chapter of modernist planning group CIAM.
Alors qu’elle enseignait à Philadelphie, Mme Lemco a fondé une section locale du groupe d’urbanisme moderniste CIAM.
Participants in the CIAM ‘59 meeting in Otterlo included Lemco van Ginkel, seated in the first row, third from the right.
Parmi les participants à la réunion du CIAM en 1959 à Otterlo figurait Lemco van Ginkel, assise au premier rang, troisième à partir de la droite.

“As I look back on my career, I feel indebted to my partner, Sandy van Ginkel, for a lifetime of shared ideas and experiences,” said Lemco van Ginkel. “I appreciated working with Sandy. We complemented each other in knowledge and skills. We were a good partnership, living and breathing our work together. It infused our holidays, social time, and the talk at the dinner table. Together we entertained and hosted extraordinary guests from around the world in our home.”

The van Ginkels are credited with saving Old Montreal from being destroyed by an elevated expressway, through developing plans for an underground urban expressway. A 2012 Montreal Gazette article describes how Old Montreal would be “just a crumbling elevated expressway and the constant whine of traffic” if not for Blanche and Sandy van Ginkel’s work. The couple was also instrumental in protecting the city’s Mount Royal Park from development.

Lemco van Ginkel, second from right, and partner Sandy, far left, conducted the first aerial photographic survey of Old Montreal.
Lemco van Ginkel, deuxième à partir de la droite, et son conjoint Sandy, à gauche, ont effectué le premier relevé photographique aérien du Vieux-Montréal.

Van Ginkel Associates produced the initial plan and vision for Expo 67. Other projects included Bowring Park in St. John’s, Newfoundland; a prototype airport passenger terminal for the Canadian Department of Transport; a plan for Midtown Manhattan for the Office of the Mayor, New York; a study and atlas of the communities of the Mackenzie, Northwest Territories; a compendium of buildings in the North; and houses and renovations in Montreal, Winnipeg and Toronto.

Van Ginkel Associates developed the preliminary plan for Expo 67. Blanche’s vision statement for the world’s fair, which she titled “Man in His World,” outlined the theme which shaped Expo’s guiding principles.
Van Ginkel Associates a élaboré le plan préliminaire pour l’Expo 67. L’énoncé de vision élaboré par Blanche van Ginkel pour l’exposition universelle, qu’elle a intitulé « Terre des hommes », a défini le thème qui a permis de définir les principes directeurs de l’Expo.
This award-winning pedestrian bridge was part of the firm’s design for Bowring Park in St. John’s, Newfoundland.
Cette passerelle pour piétons, qui a été primée, faisait partie de la conception du parc Bowring à St. John’s, Terre-Neuve.
Blanche Lemco van Ginkel receiving a 1962 Massey Medal for her firm’s design of the pedestrian bridge at Bowring Park. Van Ginkel Associates also designed the surrounding park in St. John’s, Newfoundland.
Blanche Lemco van Ginkel reçoit la Médaille Massey en 1962 pour la conception de la passerelle pour piétons du parc Bowring. Le cabinet van Ginkel Associates a également conçu le parc environnant à St. John’s, Terre-Neuve.

Lemco van Ginkel was vice-chair of the Quebec Provincial Planning Commission, where she co-authored provincial planning legislation. Appointed to several government commissions, she was also part of the  National Capital Planning Committee, National Capital Design Committee, Canada Museums Construction Advisory Committee, and a consultant to the U.S. State Department and to the Pan-American Union.

Lemco van Ginkel co-authored legislation that created Canada’s first provincial planning act.
Lemco van Ginkel a co-rédigé la première loi provinciale sur l’urbanisme au Canada.

The RAIC was honoured to induct Lemco van Ginkel into the RAIC College of Fellows in 1973—the first woman named to the College.

Lemco van Ginkel become the first female fellow of the RAIC in 1973.
Lemco van Ginkel est devenue la première femme à être intronisée fellow de l’IRAC en 1973. (Photo: van Ginkel family archive)

Lemco van Ginkel maintained an intense academic career alongside her professional practice. In Montreal, she created the first-year studio curriculum for the Université de Montréal’s new city planning program and developed McGill University’s first urban design courses. In 1977, Blanche and Sandy van Ginkel moved to Toronto, where Lemco van Ginkel became the first woman to be Dean of an architecture school in North America. She served as the Dean of the University of Toronto’s School of Architecture (subsequently Faculty of Architecture and Landscape Architecture) until 1982, continuing to teach there until 1993.

“I enjoyed teaching architecture and city planning and talking with young people about what’s important,” said Lemco van Ginkel. “Teaching kept me on my feet—my students challenged me with their questions and there was great satisfaction in seeing them find their footing with each new enterprise. It was always a two-way thing, I learned as much from the students as they did from me.”

The van Ginkels created the master plan for Meadowvale, a proposed 6,000-acre development in Mississauga, Ontario.
Les van Ginkel ont réalisé le plan directeur de Meadowvale, un projet immobilier de 6,000 acres à Mississauga, en Ontario.

In 1981, Blanche was elected to the Board of the Association of Collegiate Schools of Architecture (ASCA) and, in 1985, was elected Vice-President, serving as President during the association’s 75th-anniversary celebrations. Another set of firsts for Lemco van Ginkel, she was both the first woman and the first Canadian to serve as President of the ACSA.

As a writer and advocate for the profession, Lemco van Ginkel contributed to publications including The Canadian Architect, Urban Design International, Journal of the Society for the Study of Architecture in Canada, Community Planning Review, Journal of the Royal Canadian Academy of Arts, Journal of the American Institute of Planners, Architectural Design, and the Journal of the Royal Architectural Institute of Canada. She was a guest editor of Architectural Design, Environments, Habitat, and Canadian Art, and contributed to books including Urban Problems: A Canadian Reader, Discovering Montréal, The Canadian Encyclopedia and several publications of the Association of Collegiate Schools of Architecture.

A study of circulation routes in midtown Manhattan spurred the creation of the “Ginkelvan,” a prototype hybrid-electric minibus intended as an alternative to big-city buses to alleviate congestion.
Une étude des voies de circulation dans le Midtown de Manhattan a donné lieu à la création du « Ginkelvan », un prototype de minibus hybride électrique destiné à remplacer les autobus des grandes villes afin de réduire la congestion.
The firm’s study of the Mackenzie River delta was the first of its kind to assess environmental, social and economic assets and impacts in the North.
L’étude réalisée par le cabinet sur le delta du fleuve Mackenzie a été la première du genre à évaluer les atouts et les impacts environnementaux, sociaux et économiques dans le Nord.

Articles about the work of van Ginkel Associates have appeared in The New York Times, New York Magazine, New Yorker, Montreal Star, The Gazette, Toronto Star, Architectural Forum, l’Architecture d’Aujourd’hui, Canadian Architect, and Progressive Architecture.

“Blanche Lemco van Ginkel ranks indisputably as a leader amongst her peers in all her chosen areas of expertise—architecture, urban planning, and education,” writes Phyllis Lambert, Founding Director Emeritus of the Canadian Centre for Architecture, which holds Lemco van Ginkel’s professional archives. “Her foresight and unfailing commitment to the advancement of each of these fields, in combination with her firm but gentle ability to organize and lead, have been the driving forces behind an illustrious career characterized by pioneering achievements.”

Recently, there is renewed recognition of Lemco van Ginkel’s lifelong contributions to the fields of architecture and urban planning. She received the Queen’s Diamond Jubilee Medal in 2012 and an honorary Doctorate of Science from McGill in 2014. The Beverly Willis Architecture Foundation included her in an exclusive project, “50 Pioneering Women in American Architecture,” in 2013. In 2018, she was one of the four women architects and planners featured in director Joseph Hillel’s City Dreamers—fitting because filmmaking, as a means for communicating research and design ideas, was an important part of Lemco van Ginkel’s professional practice.

Lemco van Ginkel was profiled in the recent film City Dreamers. Directed by Joseph Hillel, the film was recognized with an award from the Society of Architectural Historians. (Film still courtesy Joseph Hillel)
Le portrait de Blanche Lemco van Ginkel a été présenté dans le récent film City Dreamers. Réalisé par Joseph Hillel, le film
a été récompensé par un prix de la Society of Architectural Historians.

“As a Canadian leader and advocate, Blanche has had a profound influence on architectural thinking, education and practice,” writes the 2020 Gold Medal Jury in a collective statement. “She has been an inspiration to generations of architects and has consistently furthered the architectural and planning discourse through publication and practice. Her seminal planning studies have touched all parts of our country—from the Bowring Park plan in St. John’s, Newfoundland, which earned a Massey Medal for Architecture; to understanding the community and regional implications of the industry in Esterhazy, Saskatchewan; to exploring social implications implicit in northern development.”

“Blanche is a living connection to Canadian modernist roots, bringing her experience from working with Le Corbusier to Canada,” the jury continues. “Throughout her career, she has woven modernist social ideals through the fabric of our society as a great educator, communicator and architect. Blanche epitomizes a deep commitment to intellectual rigour and cross-disciplinary dialogue, and continues to be a role model for the Canadian architectural community.” She has been an especially inspiring role model to women architects and educators, a point underscored in her nomination.

It is an honour for the Royal Architectural Institute of Canada to present its 2020 Gold Medal to Blanche Lemco van Ginkel.

For more information and bibliographies of  Lemco van Ginkel’s work and writing, visit pioneeringwomen.bwaf.org, www.cca.qc.ca and cwahi.concordia.ca.

 

La Médaille d’or de l’IRAC est la plus haute distinction que l’Institut puisse décerner. Elle est remise en reconnaissance des contributions importantes et durables d’une personne à l’architecture canadienne. En 2020, cet honneur est décerné à l’architecte Blanche Lemco van Ginkel, FRAIC, ardente défenseure du modernisme et du design urbain au Canada. Blanche Lemco van Ginkel est également une pionnière pour les femmes dans les écoles d’architecture et les établissements d’enseignement au Canada. Grâce à des travaux ambitieux tels que la conception préliminaire de l’Expo 67 et la préservation du Vieux-Montréal dans une optique sociale, et ses recherches fondamentales sur les femmes architectes, sa carrière a eu un impact profond sur le Canada d’aujourd’hui.

Blanche Lemco est née à Londres, en Angleterre, en 1923. Adolescente, elle a déménagé avec sa famille à Montréal. Grâce à une bourse d’études, elle a été l’une des premières femmes à s’inscrire à l’école d’architecture de l’Université McGill, et a obtenu un baccalauréat spécialisé en architecture en 1945. À la fin de ses études, elle a reçu la Médaille du lieutenant-gouverneur en reconnaissance des meilleurs résultats scolaires obtenus dans sa cohorte.

Mme Lemco a commencé sa carrière professionnelle dans des bureaux d’urbanisme municipaux à Windsor (Québec) et à Regina (Saskatchewan) avant de retourner en Europe. Pendant son séjour à l’étranger, Blanche a travaillé pour William Crabtree à Londres (Royaume-Uni) et pour Le Corbusier à Paris (France). Dans l’atelier de Le Corbusier, elle a notamment conçu la terrasse sur le toit de l’Unité d’Habitation à Marseille, en France. Ses éléments emblématiques comprennent des cheminées de ventilation en béton sculpté, une crèche, une aire de jeux pour enfants et une piste de course.

« J’ai eu la chance d’avoir un emploi dans le studio de Le Corbusier, où j’ai certainement beaucoup appris, raconte Lemco van Ginkel à propos de son séjour à Paris, lors d’une récente entrevue. C’était génial de travailler pour lui, et j’ai été surprise qu’il ne me dise jamais ce que je devais faire ».

« J’ai eu l’impression d’être redevenue étudiante. Il me lançait un défi et si je trouvais une idée qui lui plaisait, il me demandait de la développer, et si elle ne lui plaisait pas, il la jetait! C’était extraordinaire la liberté que nous avions », ajoute-t-elle.

De retour d’Europe, Mme Lemco a étudié à l’Université de Harvard et a reçu des bourses d’études supérieures en 1948 et 1949, puis a obtenu une maîtrise en urbanisme en 1950.

« Je suis chanceuse d’avoir pu étudier à Harvard à un moment aussi important, sous la direction de Walter Gropius et Josep Lluís Sert, explique Lemco van Ginkel. C’étaient d’excellents professeurs qui ont joué un rôle si déterminant pour l’architecture et la planification ».

Après avoir obtenu son diplôme, Mme Lemco s’est installée à Philadelphie en 1951, tout en maintenant ses liens avec le Canada et en s’inscrivant comme architecte au Québec l’année suivante. Durant sa première année comme doyen à la University of Pennsylvania en 1951, G. Holmes Perkins l’a invitée à donner le cours d’atelier de troisième année dans le cadre d’un programme d’études nouvellement remanié. Elle a enseigné à ce poste jusqu’en 1957, tout en présentant un cours de design distinct pour les étudiants diplômés en urbanisme. En 1958, elle a enseigné à la Graduate School of Design de Harvard, dans un studio collectif d’architectes et d’urbanistes avec le doyen Josep Lluís Sert.

Lors de son séjour à Philadelphie, Mme Lemco a travaillé avec ses collègues Siasia Nowicki et Robert Geddes pour mettre sur pied le Group for Architectural Investigation (GAI) du CIAM de Philadelphie. À titre de représentante du groupe, elle a participé au CIAM 9 d’Aix-en-Provence en 1953 et au CIAM 10 de Dubrovnik en 1956. Au CIAM 9, elle a rencontré son futur conjoint Harmen Peter Daniel (Sandy) van Ginkel. Ils se marient en 1956 et établissent leur cabinet à Montréal, van Ginkel Associates, l’année suivante.

« Quand je regarde ma carrière, je me sens redevable à mon conjoint, Sandy van Ginkel, pour avoir vécu une vie entière de partage d’idées et d’expériences, explique Mme Lemco van Ginkel. J’ai été heureuse de travailler avec Sandy. Nous nous complétions au chapitre des connaissances et des compétences. Nous formions un bon partenariat, et nous vivions et respirions notre travail ensemble. Cela imprégnait nos vacances, nos activités sociales et les discussions à table. Ensemble, nous avons reçu des invités extraordinaires du monde entier dans notre maison. »

Les van Ginkel ont contribué à sauver le Vieux-Montréal de la destruction au profit d’une voie rapide surélevée, en élaborant des plans pour une voie rapide urbaine souterraine. Un article paru dans le Montreal Gazette en 2012 décrit comment le Vieux-Montréal ne serait « qu’une autoroute surélevée délabrée avec le grondement constant de la circulation » si ce n’était du travail de Blanche et Sandy van Ginkel. Le couple a également contribué à protéger le parc du Mont-Royal contre les projets de développement.

Le cabinet van Ginkel Associates a réalisé le plan initial et défini la vision de l’Expo 67. Parmi les autres projets, on compte le parc Bowring à St. John’s, Terre-Neuve; un prototype d’aérogare pour le ministère canadien des Transports; un plan pour le Midtown de Manhattan pour le bureau du maire de New York; une étude et un répertoire des communautés de la région du Mackenzie, dans les Territoires du Nord-Ouest; un inventaire des bâtiments du Nord, ainsi que des maisons et des projets de rénovation à Montréal, Winnipeg et Toronto.

Mme Lemco van Ginkel a été vice-présidente de la Commission provinciale d’urbanisme du Québec, et elle a coécrit la loi provinciale sur l’urbanisme. Nommée à plusieurs commissions gouvernementales, elle a également fait partie du Comité d’aménagement de la capitale nationale, du comité de conception de la capitale nationale, du comité consultatif sur la construction des musées du Canada, et a été consultante auprès du Département d’État américain et de l’Union panaméricaine.

L’IRAC a eu l’honneur d’introniser Mme Lemco van Ginkel au Collège des fellows de l’IRAC en 1973 – la première femme nommée au Collège.

Parallèlement à sa pratique professionnelle, Blanche Lemco van Ginkel a mené une carrière universitaire très active. À Montréal, elle a créé le programme d’études en atelier de première année pour le nouveau programme d’urbanisme de l’Université de Montréal et a élaboré les premiers cours de design urbain de l’Université McGill. En 1977, Blanche et Sandy van Ginkel s’installent à Toronto, où Lemco van Ginkel devient la première doyenne d’une école d’architecture en Amérique du Nord. Ainsi, elle a été doyenne de l’école d’architecture de l’Université de Toronto (devenue par la suite la faculté d’architecture et d’architecture du paysage) jusqu’en 1982, et elle a continué à y enseigner jusqu’en 1993.

« J’ai beaucoup aimé enseigner l’architecture et l’urbanisme et parler avec les jeunes des enjeux importants, explique Lemco van Ginkel. L’enseignement m’a permis de garder le cap – mes étudiants m’ont mise au défi avec leurs questions et j’ai éprouvé une grande satisfaction à les voir trouver leur place dans les nouvelles entreprises. C’était toujours mutuel, j’apprenais autant des étudiants qu’eux de moi ».

En 1981, Blanche Lemco van Ginkel a été élue au conseil d’administration de l’Association of Collegiate Schools of Architecture (ASCA) et, en 1985, elle a été élue vice-présidente, puis a occupé le poste de présidente lors des célébrations du 75e anniversaire de l’association. C’étaient d’autres premières pour Lemco van Ginkel, elle a été à la fois la première femme et la première Canadienne à devenir présidente de l’ASCA.

À titre d’auteure et de porte-parole de la profession, Lemco van Ginkel a contribué à des publications comme The Canadian Architect, Urban Design International, Journal of the Society for the Study of Architecture in Canada, Community Planning Review, Journal of the Royal Canadian Academy of Arts, Journal of the American Institute of Planners, Architectural Design et Journal de l’IRAC. Elle a été rédactrice invitée des revues Architectural Design, Environments, Habitat et Canadian Art, et a contribué à des ouvrages tels que Urban Problems: A Canadian Reader, Découvrir Montréal, l’Encyclopédie canadienne et plusieurs publications de l’Association of Collegiate Schools of Architecture.

Des articles sur le travail de van Ginkel Associates ont été publiés dans le New York Times, le New York Magazine, le New Yorker, le Montreal Star, The Gazette, le Toronto Star, Architectural Forum, L’Architecture d’Aujourd’hui, Canadian Architect et Progressive Architecture.

« Blanche Lemco van Ginkel se classe incontestablement au premier rang parmi ses pairs dans tous ses domaines de compétence – architecture, urbanisme et éducation, écrit Phyllis Lambert, directrice fondatrice émérite du Centre canadien d’architecture, qui conserve les archives professionnelles de Lemco van Ginkel. Sa clairvoyance et son engagement sans faille pour l’avancement de chacun de ces domaines, conjugués à sa ferme mais douce capacité d’organisation et de direction, ont été les forces motrices d’une brillante carrière caractérisée par des réalisations avant-gardistes ».

Dernièrement, la contribution de Lemco van Ginkel dans les domaines de l’architecture et de l’urbanisme a été de nouveau reconnue. Elle a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la Reine en 2012 et un doctorat honorifique en sciences de l’Université McGill en 2014. En 2013, la Beverly Willis Architecture Foundation l’a incluse dans un projet exclusif intitulé 50 Pioneering Women in American Architecture. En 2018, elle a été l’une des quatre femmes architectes et urbanistes présentées dans le film City Dreamers – fitting du réalisateur Joseph Hillel, car le cinéma, comme moyen de communication des idées de recherche et de conception, occupait une place importante dans la pratique professionnelle de Lemco van Ginkel.

« Comme leader et porte-parole canadienne, Blanche a eu une profonde influence sur la pensée, l’éducation et la pratique en architecture, explique le jury de la Médaille d’or 2020 dans une déclaration commune. Elle a été une inspiration pour des générations d’architectes et a constamment fait évoluer le discours sur l’architecture et la planification par le biais des publications et de la pratique. Ses travaux de planification ont touché toutes les régions de notre pays, du plan du parc Bowring à St. John’s (Terre-Neuve), qui lui a valu la Médaille Massey de l’architecture, à la compréhension des incidences communautaires et régionales de l’industrie à Ezehazy (Saskatchewan), en passant par l’exploration des répercussions sociales implicites dans le développement du Nord ».

« Blanche est un lien vivant avec les racines du modernisme canadien, car elle a apporté au Canada l’expérience qu’elle
a acquise en travaillant avec Le Corbusier, poursuit le jury. Tout au long de sa carrière, elle a tissé des idéaux modernistes à travers le tissu social à titre de pédagogue, de communicatrice et d’architecte. Blanche incarne un profond engagement en faveur de la rigueur intellectuelle et du dialogue interdisciplinaire; et elle continue d’être un modèle pour la communauté
des architectes canadiens ». Elle a été un modèle particulièrement inspirant pour les femmes architectes et enseignantes,
ce qui a été souligné dans sa nomination.

C’est un grand honneur pour l’Institut royal d’architecture du Canada de remettre sa Médaille d’or 2020 à Blanche Lemco van Ginkel.

Pour plus d’informations et pour consulter la bibliographie des travaux et des écrits de Blanche Lemco van Ginkel, visitez les sites suivants : pioneeringwomen.bwaf.org, www.cca.qc.ca/fr/ et cwahi.concordia.ca.

 

X